Indonésie : Une Java secrète à la croisée des cultures
Le rituel du Nouvel An javanais à Kediri

Du 3 au 18 septembre 2018
Accompagné par Anne-Marie ou Juwana Wirja

Java, délicatement incurvée sur l’arc de la Sonde, est l’une des artères vitales de l’Indonésie. C’est aussi l’un des foyers de civilisation parmi les plus anciens au monde, rendu célèbre par « l’homme de Java ». Son animisme originel évolua au fil des vagues migratoires successives qui la parcoururent, courant indo-bouddhique puis musulman, sans oublier la venue plus récente des Chinois et des Occidentaux. Elle finit par établir son équilibre et sa personnalité en un syncrétisme fécond.

Son épine dorsale volcanique fut son cœur agraire où la richesse des sols permit aux grands royaumes de s’épanouir, exprimant leur foi en une multitude de temples. Si Borobudur et Prambanan sont mondialement connus, des dizaines d’édifices, plus modestes mais au charme infini, ponctuent la campagne. A leur recherche, nous nous ferons explorateurs des temps modernes, de rizières en volcans, empruntant de petites routes, et pour récompense la prime d’être les seuls visiteurs.

Le grand poète indien Rabindranath Tagore visitant l’île s’exclamait : “Je vois l’Inde partout mais je ne la reconnais pas”. Là est la clé de la compréhension : tout ce que l’île accepte de l’extérieur, elle le modifie de façon subtile et l’adapte à son caractère. Ainsi, le Pasisir, ou rivage du Nord, joua-t-il un rôle essentiel dans ce processus d’assimilation : une culture côtière nourrie de l’islam, d’échanges commerciaux avec la Chine et les empires coloniaux. Kudus ou Demak offrent leurs mosquées de style javanais aux extraordinaires toitures alors que Lasem est “ la petite Chine” par ses temples chinois complexes.

Et en prime, le volcan Kelud, sombre et déchiqueté, et l’océan rugissant des mers du Sud...

Le Nouvel An javanais

Mais le passé animiste de Java lié à la vénération des ancêtres demeure vivace. Il s’exprime pour le Nouvel An javanais (qui est également le premier jour du calendrier musulman) par des rituels de purification, méditations et processions : un peuple entier communie autour de ses ancêtres, lien social inaliénable se portant garant de l’unité. Nous assisterons à ces célébrations à Kediri, petite ville où fleurit l’un des plus grands royaumes de Java.


Programme (les lieux que vous visiterez sont mentionnés en caractères gras)

Jour 1, le lundi 3 septembre 2018 : Départ de Paris
Vol non direct pour Yogyakarta.
Plan de vol définitif précisé ultérieurement, selon les meilleures opportunités du moment, en matière d'horaires comme de prix.

Jour 2, le mardi 4 septembre 2018 : Arrivée à Yogyakarta
Arrivée à Yogyakarta en cours de matinée et transfert à l’hôtel Duta Villa (bon confort) ou similaire.
Déjeuner en ville.
Pour cet après-midi de détente et de premier contact avec le quotidien javanais, rendez-vous rue Malioboro, son artère commerçante grouillante de vie, le règne des petits marchands, des restaurants ambulants, des marchés aux batiks. Tout près se dressent les bâtiments cossus du quartier colonial. Autres époques, autres mœurs…
Dîner et nuit à l’hôtel.

Jour 3, le mercredi 5 septembre 2018 : Yogyakarta
Yogyakarta, est la capitale culturelle de Java et une première introduction de l’île se fera au Musée Sonobudoyo dont la collection est aussi riche que variée.
Dès le 18e siècle, les souverains, convertis à l’islam après une longue période indo-bouddhique, s’adonnaient aux plaisirs de la vie, notamment au Taman Sari, où ils se promenaient dans des jardins d’agrément, se baignaient dans les bassins royaux ou encore priaient dans une mosquée ronde, de forme unique. Aujourd’hui de petits villages s’y sont installés, où vous découvrirez la vie traditionnelle.
Nous complèterons notre visite de Yogya par le palais actuel du sultan, sobre répartition dans l’espace de pavillons ouverts, et la Grande Mosquée de la ville à l’intéressante architecture purement javanaise.
Nuit à l’hôtel Duta Villa (ou similaire).

Jour 4, le jeudi 6 septembre 2018 : Yogyakarta et temples environnants (80 km)
Renaître dans le continent du sud / Jambudwipa est le rêve des hindous ainsi que des bouddhistes. Située au sud du volcan Merapi – assimilé par les anciens dynastes de Java central au Mt Meru, l’olympe des « dieux asiatiques » -, la vallée de Yogyakarta était comparable au Jambudwipa.
Ceci explique pourquoi des vestiges de monuments indo-bouddhiques ont été retrouvés par centaines. Prambanan et Sewu sont, sans contestation possible, parmi les plus connus mais des sites moins fréquentés de cet ancien monde, et plus particulièrement les Merak, Plaosan, Kedulan, Sari, Sambisari, sont de grand intérêt. Outre la diversité de ces petits édifices, leur charme provient aussi de leur emplacement au milieu des champs, des villages ou dans de magnifiques parcs archéologiques aménagés. Dans beaucoup de lieux nous aurons les temples pour nous…
Nuit à l’hôtel Duta Villa (ou similaire).

Jour 5, le vendredi 7 septembre 2018 : Yogyakarta et temples environnants (80 km)
Le sud de Prambanan regorge de ruines des 8e et 9e siècles dont le modèle-type est un sanctuaire principal, accompagné de deux ou trois petits édifices dédiés aux véhicules des dieux. Les monuments bouddhiques se distinguent quant à eux par le stoupa qui les couronne.
Dans ce programme, nous nous attarderons aux lieux de culte tels que les Sojiwan, Ratuboko, Barong, Banyunibo, Ijo ainsi qu’à l’ancien atelier des tailleurs de pierre, Arca Gupolo, où des statues n’ont pas eu le temps d’être livrées au 9e siècle! Pour terminer nous visiterons l’élégant temple de Kalasan. Autant d’occasions d’approcher la campagne javanaise et de “se perdre” dans le dédale de ses hameaux et rizières.
Nuit à l’hôtel Duta Villa (ou similaire).

Jour 6, le samedi 8 septembre 2018 : Yogyakarta – Borobudur (60 km)
Nous prendrons la route vers le nord, direction Borobudur. Mais en chemin nous vagabonderons dans la campagne à la découverte du Gunung Wukir, temple édifié sur une petite colline. Dédié à Shiva, il est sis dans un écrin végétal et porte la plus ancienne inscription en sanskrit découverte à Java.
Dans notre progression vers Borobudur, on ne saurait manquer les Ngawen et Mendut. Les deux sont bouddhiques et à la grandeur de leur statuaire répondent originalité et finesse de la sculpture.
L’apothéose de la journée sera votre arrivée à Borobudur. Que dire de Lui ? Ce sera à chacun de ressentir au plus profond de son être ce temple-montagne, immense mandala bouddhique à l’esthétisme inégalé et au complexe message doctrinal. Une profonde émotion, l’un des sommets de la pensée humaine du VIIIème siècle.
Nuit à l'hôtel Manohara, magnifiquement situé au pied de Borobudur.

Jour 7, le dimanche 9 septembre 2018 : Borobudur – Semarang (110 km)
Comment ne pas revenir vers Borobudur? Chaque visite dans ce lieu fascinant, par ses terrasses et son stupa monumental, est une éternelle source d'émerveillement et d'émotion.
Dans la matinée, c’est par une jolie route que nous nous dirigerons vers Semarang, la capitale de Java central, qui prit son essor au 18e siècle, bénéficiant de l’envasement des ports voisins… Commerçants, aventuriers, colonisateurs y débarquèrent et façonnèrent une nouvelle culture, cosmopolite, liée aux échanges d’un univers côtier, le Pasisir. Les Chinois y construisirent leur temple Tay Kak Sie, l’un des plus beaux d’Indonésie, élevé en 1771 et dédié au panthéon bouddhique. Les dieux tao y prirent place aussi…
Nuit à l'hôtel Ibis Simpang Lima ou similaire.

Jour 8, le lundi 10 septembre 2018 : Semarang – Demak – Kudus – Rembang (140 km)
Les Hollandais aussi s’installèrent à Semarang à la même époque et le temple protestant Blenduk est un bel exemple d’architecture religieuse des 18e et 19e siècles. Les rues alentour sont jalonnées de vieux bâtiments au charme décati dont le fleuron est le Gedung Lawang Sewu ou édifice « aux mille portes », ancien siège du bureau des chemins de fer.
Continuant vers l’Est, Demak fut le plus puissant des Etats côtiers au 16e siècle. Royaume prosélyte, sa Grande Mosquée est l’une des plus anciennes du pays (1466) et reflète encore la cosmologie hindoue du Mt Meru, la demeure des dieux.
Progressant le long du Pasisir, Kudus fut l’une des premières cités à être islamisée au 16e siècle et son minaret ne déparerait pas dans un temple balinais ! Il est fort possible que mosquée et tombes englobent un site préislamique, comme en témoigne la porte classique hindoue intégrée dans la mosquée !
Quant au kauman, « la ville arabe », elle est très marquée dans sa javanité : hautes maisons aux faîtes joliment décorés et aux devantures coulissantes, merveilles de bois sculpté.
Continuation vers la ville de Rembang et nuit à l’hôtel Antika (bon confort de charme grâce à la présence de la vielle maison chinoise de famille, transformée en restaurant).

Jour 9, le mardi 11 septembre 2018 : Rembang – Lasem – Kediri (230 km)
L’on ne saurait quitter la côte Nord de Java, lieu de toutes les venues, sans faire un saut de puce à Lasem. La tradition veut que ce soit ici que des Chinois débarquèrent pour la première fois à Java. L’agglomération est d’ailleurs surnommée « la petite Chine de Java ». Elle prit son essor au 19e siècle, à l'époque de la contrebande de l'opium et de la production de batiks, très recherchés aujourd’hui pour leur graphisme, reflet ici de la rencontre des cultures.
La ville compte plusieurs temples et nous déambulerons le long des ruelles aux hauts murs dissimulant la vie privée. Un vent de nostalgie et une page importante de l’histoire de Java.
Après-midi de route pour Kediri et installation à l’hôtel Bukit Daun ou Grand Surya (bon confort).

Jour 10, le mercredi 12 septembre 2018 : LE NOUVEL AN JAVANAIS A KEDIRI
“Dino Mulyo”, les jours nobles, sont célébrés par les Javanais pour honorer Gusti, le créateur de l’Univers; c’est dans ce cadre que Suro, le premier de l’An traditionnel, est primordial. La population se déplace alors vers les lieux sacrés pour y prier, s'y recueillir et y faire des offrandes. La préparation spirituelle inclut le jeûne et le “melekan” ou nuit de méditation, seul ou en communauté, dans l’obscurité et le silence, ou en suivant une soirée de théâtre d’ombres au message complexe. Ainsi peut-on espérer être protégé pour les mois à venir...
Nous y assisterons, tout comme à un “jamasan”, élément essentiel de la javanité qui consiste à ondoyer les kriss, arme blanche représentant l’âme de son propriétaire. Ce rituel se déroule en milieu fermé, parmi les membres du “kebatinan” ou mouvements de mysticisme. L’un est célèbre à Kediri, nous essaierons de nous y faufiler.

A ces cérémonies de nuit répondent celles de jour. Car c’est aussi le moment où l’on vénère les héros du pays, ceux qui ont été de grands dirigeants, ayant fait preuve de bravoure. Dans la région de Kediri, un endroit incontournable est le “petilasan” de Joyoboyo, roi de Java-Est qui régnait au 12e siècle. C’est là qu’il aurait atteint la libération de son âme associée à la disparition magique de son corps.
Une procession solennelle au son du gamelan va se former et des dizaines de danseuses et jeunes filles en costume traditionnel vont porter les “pusaka” ou armes historiques vers ce lieu mystérieux afin qu’elles se revivifient.

Une journée bien remplie dans le labyrinthe de la javanité.


Nuit à l’hôtel Bukit Daun ou Grand Surya (bon confort).

Jour 11, le jeudi 13 septembre 2018 : Kediri – Eglise de Puh Sarang – Surowono – Tegowangi – Totok Kerot – Kediri
Une autre source d’étonnement ce matin…. La religion catholique vécut à Java un grand élan à partir de la fin de 19e siècle, du fait des missionnaires du Brabant. Nombreux furent alors les phénomènes d’inculturation pour faire accepter la nouvelle foi aux populations locales. Un très bel exemple se trouve à Puh Sarang où une église offre ses statues dans le style hindou - tout en présentant une copie de la grotte de Lourdes - alors que le Chemin de Croix s’échappe au milieu des rizières en terrasses…
Nous poursuivrons par les temples hindous de Surowono et Tegowangi, étonnants avec leurs beaux bas-reliefs suivant eux aussi la découpe des marionnettes, sans oublier la magnifique statue du «démon qui roule des yeux», Totok Kerot.
Retour à l’hôtel et nuit au Bukit Daun ou Grand Surya (bon confort).

Jour 12, le vendredi 14 septembre 2018 : Kediri - Volcan Kelud – Panataran – Goa Cina
Escapade nature, en voiture puis à pied (courte marche), vers le volcan Kelud qui en 2014, suite à sa dernière éruption, a changé de tête ! Le lac de cratère a été pulvérisé dans les airs, la lave a imposé ses coulées et les pics alentour sont depuis bien torturés.
Direction plein Sud, vers le temple de Panataran, le plus vaste ensemble religieux de l'époque indo-bouddhique de Java-Est et le temple royal de la dynastie de Mojopahit. Construit principalement au 14e siècle, il étire ses trois cours en direction du volcan, en cette époque de syncrétisme où la javanité s’affirme par ses représentations dans le style du théâtre d’ombres, que l’Inde reste présente par le Ramayana ... et que les ancêtres déifiés règnent au sommet des volcans. Le plus bel exemple de ”la religion de Java”.
Plongeant toujours vers le Sud, nous traverserons une Java plus secrète, moins peuplée aussi, où les plantations de teck occupent les sols calcaires, comme la canne à sucre ou les bananiers. Et enfin se dévoileront les côtes du Sud, où chaque crique est un émerveillement naturel.
Nuit dans une guest-house très simple, fichée sur un relief corallien en mer... au-dessus de la plage de Goa Cina...

Jour 13, le samedi 15 septembre 2018 : Goa Cina – Malang
La plage de “Goa Cina” ou “grotte chinoise” tient son nom d’une cavité où aurait résidé, dans les années 1930, un ermite, peut-être d’origine chinoise. Les descendants de la communauté ont aménagé les lieux et nombreux sont les gens à venir le prier, toutes croyances confondues.
Matinée libre en ces lieux d’une grande beauté, baignade (prudence, courants forts).
Nous longerons un petit moment encore la côte Sud jusqu’à Sendang Biru, joli port de pêche traditionnel.
Remontant vers le Nord, nous traverserons le dernier bourrelet calcaire isolant le Sud de son Nord, avant d’atteindre la très coloniale Malang; nuit à l’hôtel Kertanegara (ou similaire), bien situé au cœur du quartier colonial.

Jour 14, le dimanche 16 septembre 2018 : Malang et Tumpang
Malang, deuxième agglomération de Java Est, porte sur elle les stigmates de son passé colonial. En effet, entourée d’un cirque de volcans, sur les flancs desquels les Hollandais développèrent leurs plantations, elle était LA cité où l’on se retrouvait « entre soi ».
Elle possède l’un des plus beaux quartiers coloniaux d’Indonésie le long duquel nous déambulerons avant de poursuivre vers son vaste marché aux fleurs et aux oiseaux.
L’après-midi sera consacré à une immersion dans la vie villageoise, à Tumpang, situé à une vingtaine de kilomètres de Malang. Là se dresse le temple de Jago remontant au 13e siècle et célèbre pour ses mythes et légendes savamment orchestrés. Et pour cette dernière soirée en terre javanaise, c’est dans l’enceinte de ce monument que nous admirerons des danses typiques de Malang, au son du gamelan. Dîner dans le village.
Retour à Malang et nuit à l’hôtel Kertanegara (ou similaire).
NB : Les danses pourront être organisées au temple de Kidal au lieu de Jago, selon les permis octroyés.

Jour 15, le lundi 17 septembre 2018 : Malang – Surabaya et retour
Tempes libre pour une dernière flânerie, avant le transfert vers l'aéroport de Surabaya.
Vol de retour non direct vers Paris.
Plan de vol définitif précisé ultérieurement, selon les meilleures opportunités du moment, en matière d'horaires comme de prix.

Jour 16, le mardi 18 septembre 2018 : Arrivée à Paris



Ceci vous séduit? Contactez-nous pour connaître les conditions
Préparez votre voyage en lisant les
“informations pratiques”.